Sources historiographiques et liturgiques par corpus

Sources historiographiques en arabe (Michael Jackson Bonner, Simon Brelaud)

Pour les sources profanes, c’est-à-dire les histoires universelles en arabe, Michael Jackson Bonner exploite les données conservées chez Dinawariet chez Tabari : pour le premier, la traduction des passages est achevée ; pour le second : en cours. Les enjeux de ces textes seront présentés dans l’apparat des notes (commentaire). Un article est en préparation, qui analyse les différentes forces géopolitiques en présence dans l’empire sassanide à cette époque.

Les histoires ecclésiastiques en arabe sont collectées, traduites et analysées par Simon Brelaud. L’essentiel de la documentation disponible consiste en 3 ouvrages : la Chronique dite de Sert ( Xe-XIsiècle), éd. A. Scher dans la Patrologie Orientalis (n’est connue que par un seul manuscrit unique ; le Kitab al-Magdal de ʿAmr ibn Mattā (XIesiècle), en partie prolongé par Marī ibn Suleymān (XIIe), éd. H. Gismondi ; l’Asfâr al-Asrâr (le « Livre des secrets ») de Ṣalībā ibn Yuḥannā (vers 1330), éd. H. Gismondi.  Il faut signaler quelques références chez d’autres auteurs arabes chrétiens du Xsiècle : Eutychius d’Alexandrie, Ibn at-Tayyib qui a conservé les canons synodaux des catholicoi du début du Vesiècle. L’identification des différents textes a été faite ; l’écriture informatique en langue originale est bien commencée, la traduction des textes en cours. Dans les mois à venir, plusieurs tâches seront entreprises : la traduction du Kitab al-Magdalet de l’Asfâr al-Asrâr dont les passages concernés restent encore inédits ; la rédaction d’une introduction substantielle qui permettra de faire le point sur l’identification contestée des auteurs, sur le contexte de rédaction, mais aussi sur les sources utilisées par ces écrivains.

Sources historiographiques en arménien (Christelle Jullien, Florence Jullien, Chiemi Nakano)

Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis; quid parentes sentiant, lacrimae matris incredibilisque maeror, squalor patris et haec praesens maestitia, quam cernitis, luctusque declarat.

Sources historiographiques en grec (Anna Lampadaridi)

Les principales sources à l’étude relèvent du VIesiècle : il s’agit du De Pello Persicode Procope (500-565), 1.2.7-11, et des Historiad’Agathias (536-582), 4.26.3-8. L’œuvre des chroniqueurs sera également prise en compte : outre Théodore le Lecteur, qui vécut lui aussi au VIesiècle, plusieurs relevés intéressants seront effectués dans la littérature postérieure chez Georges Cédrène (XIIes.) et chez Nicéphore Calliste (XIVes.). Enfin, les notices des auteurs ecclésiastiques contemporains seront systématiquement analysées : Théodoret de Cyr, Socrate le Scholastique et Sozomène.

Sources historiographiques en latin (Christelle Jullien, Florence Jullien, Chiemi Nakano)

Equitis Romani autem esse filium criminis loco poni ab accusatoribus neque his iudicantibus oportuit neque defendentibus nobis. Nam quod de pietate dixistis, est quidem ista nostra existimatio, sed iudicium certe parentis; quid nos opinemur, audietis ex iuratis; quid parentes sentiant, lacrimae matris incredibilisque maeror, squalor patris et haec praesens maestitia, quam cernitis, luctusque declarat.

Sources historiographiques en persan (Poupak Rafii Nejad, Farzaneh Zareie)

Parmi la documentation à l’étude, il est apparu inutile d’intégrer les morceaux de littérature romanesque de Nezami Ganjavi : les données du Haft Peykaret du Bahramnamehne seront donc pas prises en compte dans le cadre de ce programme. Trois sources historiographiques et épiques principales ont ainsi été déterminées : leTarǧumah-’i Tārīḥ-i Ṭabarīde Bal‘amī ; le Šāhnāmehde Salabi ; le Šāhnāmehde Ferdowsi : 700 versets ont été répertoriés pour le règne de Yazdgird Ier, et près de 2000 pour celui de Wahrām V. L’identification des passages a été faite. Des éditions anciennes mais fiables permettront une océrisation des textes pour faciliter leur saisie.

Sources historiographiques en syriaque (Christelle Jullien, Florence Jullien, Chiemi Nakano)

Pour les sources syriaques sur la période (qui s’échelonnent du 5jusqu’au 13siècle), la recherche documentaire pour le Sourc-e-book a déjà débuté et se poursuivra sur les mois à venir. Le travail de simplification des versions des textes martyrologiques (langue originale, traduction, brève présentation, éléments bibliographiques) a été réalisé, et leur rétroversion sur la base de données E-man commencée. Ces recherches seront complétées par les données des fiches de présentation pour chacun des textes trouvés. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search