Les Actes des Martyrs par corpus

Corpus arabe (Želiko Paaša, Habib Ibrahim)

Parmi les martyrs perses de cette période, la tradition hagiographique arabe a conservé la trace de deux martyrs :

Le Martyre de Jacques l’Intercis.Ce texte est préservé dans 2 types littéraires distincts :

– d’abord des vitae :23 manuscrits (dont 4 en karšūnī) ont été isolés par Ž. Paša et H. Ibrahim, qui transmettent 5 versions différentes du texte. La phase de repérage et de collecte (notamment de photographies des mss) est bien avancée ; la traduction et la transcription sont en cours.

– des synaxaires : copto-arabe, syro-occidental, alexandrin, maronite, et sinaïte – celui-ci inédit. Les traductions et saisies de l’arabe sont quasi achevées. Pour la plupart, il existe des éditions de qualité qui seront reprises.

Le Martyre de Mār ʿAbdā, Hormizd et leurs compagnons. Ce texte est préservé dans le Synaxaire byzantin en traduction arabe, dont l’édition a été préparée par H. Ibrahim pour l’Université de Balamand, à paraître (ex. ms. Sin. ar. 416, fol. 9r). Il est répertorié dans la BDD de la Bibliotheca Hagiographica Arabica.

Corpus arménien (Paul-Hubert Poirier)

Ce corpus comprend essentiellement 2 passions :

Le Martyre de Mār ʿAbdā, Hormizd et leurs compagnons. Ce récit, très proche de l’histoire de Théodoret de Cyr, relève de la période de Yazdgird Ier. La tradition manuscrite a été étudiée par le bollandiste Paul Peetersqui en a publié une traduction latine dans les Analecta Bollandiana28 de 1909 : il s’agit d’une publication des Méchitaristes de Saint-Lazare de Venise à partir d’un manuscrit in-folio de leur bibliothèque (1874, t. 1, p. 1-5) du XIe-XIIesiècle environ (des passages ont été réécrits par une main ultérieure). Outre ce seul manuscrit pour l’instant repéré, il existe aussi une documentation liturgique qui rapporte ce martyre.

Le Martyre de Jacques l’Intercis.La phase de repérage et de collecte des manuscrits arméniens (et peut-être géorgiens) concernés par ce martyre est en cours. Il en existe également des attestations dans des textes liturgiques.

Corpus copte (Anne Boud’hors, Anna van den Kerchove, avec la collaboration de Chiemi Nakano)

Dans ce corpus, seul le Martyre de Jacques l’Intercisa été trouvé jusqu’à présent. Les travaux de recherche de manuscrits sont en cours. Durant cette année, Anne Boud’hors consacre une partie de son séminaire (IRHT, CNRS) à l’étude de ce dossier dans les manuscrits en bohaïrique (1 ms complet du IXsiècle et 3 fragments de la même époque) et dans les rares fragments en copte sahidique (il s’agit de quelques feuillets conservés dans 3 collections européennes différentes). Un état complet de la question et de la bibliographie afférente est ainsi présenté.

L’un des intérêts de cette documentation tient à son ancienneté : certains fragments en sahidique, originaires de la région thébaine en Haute-Égypte (ex. BL Or. 7561, frg. 120-121), datent probablement du VII-VIIIs. : il s’agirait du premier état du texte. Des comparaisons avec la version grecque α publiée par Paul Devos dans les Analecta Bollandianamontrent une proximité de la version sahidique, et suggèrent la traduction d’un original grec plus ancien que α et les versions actuellement à notre disposition (qui ne remontent pas au-delà du Xsiècle).

Les versions en bohaïrique proviennent sans doute du monastère Saint-Macaire dans le Wadi Natroun. L’édition critique du texte en bohaïrique (saisie, variantes, traduction et analyse) est assurée par Anna van den Kerchove et Anne Boud’hors (étude du colophon), celle des fragments en sahidique par Anne Boud’hors qui a également en charge l’analyse codicologique de l’ensemble du corpus (en cours).

Corpus en éthiopien (Antonella Brita)

Au sein du Centre for the Study of Manuscript Culturesde l’Université de Hambourg, Antonelle Brita travaille sur une collection d’Actes de Martyrs (Gadla samāʿtāt) dont plusieurs dizaines de manuscrits ont été recensées ces dernières années. Dans cette collection, elle a pu isoler la version éthiopienne du Martyre de Jacques l’Intercisqui s’y trouve inséré : c’est un inédit. L’objet actuel de sa recherche porte sur plusieurs critères : identification des textes, étude de la manière dont ils sont disposés dans les manuscrits, et relevé de caractéristiques particulières pouvant fournir des informations sur la transmission de la collection en Éthiopie.

Corpus grec (Anna Lampadaridi)

Le Martyre de Jacques l’Intercisprésente l’avantage d’être bien édité : dans son article classique des Analecta Bollandiana71 [1953] et 72 [1954], P. Devos distingue 4 recensions de cette Passion, qu’il ordonne d’après leur proximité par rapport au texte syriaque dont le texte grec primitif (disparu) était la traduction : α,β, γ, δ(respectivement BHG 772, 772a, 772b, 772d). Chacune de ces recensions (surtout les trois premières) conserve des éléments anciens. La base manuscrite sur laquelle repose l’édition de Devos pour les Passions α, β,γ(et pour les extraits qu’il donne de β) est insuffisante. La base de données Pinakes de l’IRHT donne par ex. pour αune vingtaine de témoins, alors que Devos en utilise trois. Un contrôle dans les manuscrits les plus anciens peut être envisagé.

La traduction des trois recensions les plus importantes (δ pouvant être laissé de côté) serait lourde et inutile, ces textes se répétant largement. Elle illustrerait la diffusion du texte en grec mais n’apporterait pas un éclairage nouveau sur son état ancien.La solution retenue est de traduire α, en respectant la numérotation des paragraphes, très commode, introduite par Devos, et, pour chaque paragraphe, de traduire les variantes des recensions β et γ qui ont de bonnes chances de remonter à l’état ancien du texte et que l’accord avec le syriaque permet d’identifier.

Corpus latin (Monique Goullet, Fernand Peloux)

Le corpus latin comprend 4 textes. La phase de saisie du latin, la collecte des variantes, les traductions, sont achevées pour la plupart.

Martyre de Jacques l’Intercis. Il existe deux ensembles de sources :

– BHL 4100 : Temporibus Isdigerni principis Persarum erat in regione Eluza. La base des Bollandistes contient 13 manuscrits dont les datations s’échelonnent entre 951 et 1400. 2 manuscrits (BnF latin 5351 et Bruxelles, KBR 64 [3129]) ont été sélectionnés, datés de 1076/1200 pour le BnF (= A) et de 1000/1100 pour celui de Bruxelles (= B) ; collationnés, ils présentent peu de divergences (8 variantes relevées).

– BHL4101 :LaLégende dorée. Les manuscrits de cette catégorie se comptent par dizaines, si ce n’est par centaine. Une version grecque serait à l’origine de la Passion latine qui sert de source à Jacques de Voragine. On retrouve la trace d’un culte à Jacques l’Intercis dans un texte de l’abbaye de Cormary, dans le diocèse de Tours, qui revendique au début du XIIesiècle la possession de la tête du martyr. Depuis les travaux de Barbara Fleith et de Paolo Maggioni, on peut se fonder sur une édition solide. M. Goullet a ajouté à ce dossier et traduit le texte latin de Bartolomeo da Trento.

Abraham d’Auvergne. Cette vita est attestée grâce à 2 documents :

  1. l’Épitaphe de saint Abraham composée par Sidoine Apollinaire, un contemporain qui fut évêque d’Auvergne de 471 à 486. Dans une Lettre à un certain Volusianus, il recopie l’épitaphe qu’il composa pour Abraham.
  2. le chap. 3 du Liber Vitæ Patrum de Grégoire de Tours intitulé “De saint Abraham, abbé”.

La saisie du texte latin et les traductions ont été réalisées par Monique Goullet. Le commentaire a été fait par Florence Jullien dans l’apparat.

Petrus de Natalibus. Dans le sanctoral du vénitien Petrus de Natalibus († entre 1400 et 1406) sont insérées 2  Passions relatives à notre sujet dont la saisie et la traduction ont été faites :

1.celle d’Hormizd (VII, 38), martyr sous un roi du nom de Sapor. Aux éléments de la courte narration, on reconnaît le contexte de la passion d’Hormizd et ses compagnons. Sapor est de toute évidence un nom générique pour Wahram V.

2.celle de Jacques l’Intercis (X, c. 112).

La Passion de Vamnes. Elle est attestée par 2 mss qui sont les 2 seuls témoins du texte :

– BnF latin 17002 (XIes.), fol. 51rb-52rb, un Légendier de l’abbaye de Moissac ;

– BnF latin 3809A (XIVes.), fol. 5ra-6ra, qui dépend de la version moissagaise ; c’est également un Légendier, en provenance d’Aquitaine.

La Passion a été éditée sans nom d’auteur dans les Acta sanctorum, d’après deux apographes différents. Dans BnF lat. 17002, se trouve un bon nombre de textes ‘rares’, à la fois parce qu’ils ont été transmis seulement par un ou deux exemplaires survivants, et parce que l’état de leur langue est archaïque (textes ‘mérovingiens’). L’étape de préparation de l’édition critique du texte latin et la traduction est achevée par Monique Goullet. Christelle Jullien prépare le commentaire dans les notes.

Corpus syriaque (Christelle Jullien, Florence Jullien, Chiemi Nakano)

Il existe 9 textes en syriaque dont beaucoup sont encore inédites :

– 5 sous Yazdgird Ier(Dix martyrs du Bēth-Garmaï ; Martyre de Narseh ; Martyre de Ṭaṭaq ; Martyre de MārʿAbdāet ses compagnons ; Martyre de Šābuhr)

– et 4 sous Wahrām V (Martyre de Pērōz; Martyre de Jaʿqūbl’Intercis ; Martyre de Mihr-Šābuhr ; Martyre de Jaʿqūble notaire).

Au total, 21 mss, le plus ancien (ms BL Add. 14644) étant daté entre le VIeet le VIIes. Les Actes des martyrs persesde cette période semblent contemporains. Plusieurs éléments narratifs interfèrent d’un texte à l’autre. Une analyse comparative détaillée au niveau de la phraséologie employée permet des rapprochements étroits. Ces récits forment un ensemble homogène faisant cycle sur les deux règnes.

1ère phase : La saisie de tous les textes en syriaque a été faite sous Mellel (Mac). La collation des manuscrits et le relevé des variantes sont bien avancées et seront terminées à la fin de cette année. 2 missions à la British Library ont permis d’avoir notamment accès à un ms non numérisé et de préciser certaines lectures difficiles du fait de l’état de conservation (humidité). Une relecture de l’ensemble des textes syriaques est en cours. Les traductions de chacun des textes sont presque achevées. Restent là aussi les relectures et des homogénéisations lexicales. 

2phase : le travail analytique. Pour l’apparat critique, les références bibliques ont été trouvées et comparées systématiquement aux éditions de la Pešiṭta.Travail en cours sur les commentaires (historiques mais aussi points doctrinaux, précisions géographiques, etc.) de chaque texte. L’étude des relations entre les mss prendra du temps (pour parvenir à un stemma).

3phase (dans les prochains mois) : poursuite du travail analytique. Il s’agira de rédiger pour la monographie l’introduction à l’ensemble des textes syriaques. Elle comprendra une analyse historique générale détaillée et transversale aux textes, ainsi qu’une analyse codicologique.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search